Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 10:38

Sans rien dire,

Tu es partie un jour.

Sans sourire,

Sans faire demi-tour.

 

Comme un paquet tu m'as déposée,
Chez les soeurs du pensionnat d'à-côté.

 

Les jours passaient,

Guettant la fenêtre

Mes yeux pleuraient

Ne voulant plus être.

 

Comme un boulet tu m'as déposée,

Chez les soeurs du pensionnat d'à-côté.


Aux escaliers,

Je me suis accrochée.

Sur le palier,

Je me suis épanchée.


Comme un déchet tu m'as déposée,

Chez les soeurs du pensionnat d'à-côté.


La nuit passa

Samedi, elle viendra !

Pour sa Lydia

Ou alors mon papa.

 

Samedi, le parloir,

Nez à la fenêtre,

Il me semble te voir

Et te reconnaître.


Je tape aux carreaux,

Puis tu te retournes,

Je cogne les vitraux,

Puis, tu t'en retournes.


Tu m'as sacrifiée

Tu m'as dédaignée

Tu m'as écorchée

Tu m'as crucifiée


Pour TA liberté ...


Tu m'as jetée,

Comme un paquet,

Comme un déchet,

Comme un boulet


Pour TA liberté ...


J'avais six ans

Mais j'ai compris

Que tout ce temps

Tu m'as mentie !


Depuis je sais que personne ne peut aimer

Une Lili qui a été abandonnée, placée, oubliée !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 15:11

Musique3
 

Dessine-lui une musique !  (joue-lui un poème)

 

Dessine-lui une musique,

Une musique dont les notes

Seraient comme des perles sur sa peau,

Des nénuphars déposés sur l'eau,

Des gouttes de rosée en tempo.

Une musique sans fausse note,

Sans bémol ; Un duo magique !

 

Imagine une envolée de sons

Riches en sonorités claires,

Inspirées des si beaux chants d'oiseaux !

Sonates tout en frissons pour ruisseaux,

Tout en tremblements de vibrato,

En oscillations portées par l'air.

Demain, tous les vents chuchoteront !

 

Invente un opéra lyrique,

Ou un adagio qui sanglote.

Une symphonie jouée staccato,

Un hymne allant decrescendo

Et interprété moderato.

Écris un antidote en notes !

Une ode à l'amour non classique.

 

Crée une gamme proche du zircon

Si pleine de tant de lumière

Qu'elle peut jouer avec les cristaux,

Comme un musicien joue du piano

Sublimant l'auteur du concerto.

Alors se fermeront ses paupières,

Taisant son visage rubicond.

 

Dessine-lui une musique,

Une musique dont les notes

Seraient comme des perles sur sa peau,

Des nénuphars déposés sur l'eau,

Des gouttes de rosée en tempo.

Une musique sans fausse note,

Sans bémol ; Un duo magique !

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 09:07

tristesse

 

MOTS A MAUX

 

De mes mots en couleur

Il a fait des mots de frayeur

De mes maux de douleur

Il a fait des mots de malheur

 

Et mes mots butinés

Sont rejetés en mots claqués

Et ses mots tant redoutés

Sont lancés sans viser

 

Ses mots aboyèrent, sur mes maux d'hier

Ses mots de colère, je les porte en bandoulière

 

Avec mes mots en noir

Il a créé des mots miroir

Avec mes mots en mémoire

Il a détruit le mot espoir

 

Devant ses mots armés pour crier

Mes maux se sont réveillés

Devant ses mots essaimés

Mes mots sont prisonniers

 

Ses mots aboyèrent, sur mes maux d'hier

Ses mots de colère, je les porte en bandoulière

 

Lili-la-Rebelle©00043614

Partager cet article
Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 20:44

Soit vous aviez quelques biens
Alors c'était très très bien,
vous étiez un être cher
Avant de voir le notaire.
Cher, c'est le mot bien choisi
Pour des obsèques finies.
Ou on pleure beaucoup aussi,
Avant d'avoir les soucis !


Le notaire convoque
Et c'est sans équivoque,
Que les enfants mécontents,
Voient qu'ils n'auront pas d'argent !
Pire même, des dettes !
Oubliées les requêtes
Que leur mère a faites,
Sans voix est leur défaite !


Maman aura son argent,
Eh oui petits insolents
Elle attend depuis dix ans
Pour vivre normalement.
Vous lui en avez voulu
Vous ne l'avez jamais cru
Mais la vérité est là
elle vous pointe de ses doigts !


La partie est donc jouée,
Nada de la décédée,
Rien maman ne laissera,
Au moment ou elle mourra,
Aux enfants intéressés,
Testament bien validé.

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 18:17
 
Trop de TOUT
Quand vraiment rien ne va plus,
Et quand tout est beaucoup trop !
Quand on en a trop de tout !
C'est le petit truc en trop,
Qui nous fait comprendre tout,
Alors là, on n'en peut plus !

Pas assez d'un petit rien,
Celui qui ferait beaucoup,
Le tout petit truc en plus,
Celui qui nous rendrait tout,
Surtout sans aucun surplus,
Mais qui nous ferait du bien !

Pas assez d'un petit peu,
A notre esprit surtout !
Un tout petit peu de bien,
Ce peu, qui nous rendrait tout !
C'est peut-être trois fois rien,
Mais c'est encore trop peu !

Le petit peu, petit rien,
Qui font réaliser tout,
Que les humains ne sont rien,
Pourtant nous sommes beaucoup,
A avoir trop plein de tout,
Mais sachez que ce n'est rien.

Car il vous reste la vie,
Votre vie ! Et c'est beaucoup !

Protégé par CopyrightDepot.com 

Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 20:37

Partout elle me suit,
Jamais elle n'abandonne.
Elle me couve la nuit,
Est dérangée quand on sonne.

Sur moi elle veille,
Insupportable présence,
Comme une duègne,
N'a aucune tolérance.

Elle, mon ennemie,
Me laissant aussi désœuvrée
Qu'un bébé omis,
Et dans sa chambre, oublié.

Ingratitude
De ma vie, pleine de luttes
Ma solitude
Sans cesse me persécute.

Jamais elle lâche,
Voulant me mener à la mort
Moi, sans panache
Solitude incolore !

Protégé par CopyrightDepot.com 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 20:28

Quand je vais mal
Quand ma tête explose
Quand je suis pâle
Quand mon corps s'oppose

Je vais crier sur la colline

Quand c'est trop dur
Quand j'ai ma dose
Quand la plaie suppure
Quand je frôle la psychose

Je vais hurler sur la colline

Quand tout est désillusion
Quand je suis dans l'obscur
Quand tout n'est que dérision
Quand je n'ai plus l'écriture

Je vais pleurer sur la colline

Quand rien ne me soulage
Quand je n'ai plus l'espoir
Quand je sens le dérapage
Quand j'en ai marre du foutoir

Je vais, crier, hurler, pleurer seule sur Ma colline

Protégé par CopyrightDepot.com

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 19:23

Illustration Boris Vallejo - 1995 -

Qui es-tu, toi ! pour me juger ?
Qui es-tu pour me définir ?
Qui es-tu pour me menacer ?
Qui es-tu pour m'empêcher d'écrire ?

Jamais personne ne me jugera !
Je ne l'admettrais en aucun cas !
Jamais personne ne m'insultera !
Personne ne me créera de tracas !

Qui es-tu pour m'apostropher ?
Qui es-tu pour me dire quoi faire ?
Qui es-tu pour me dire quoi penser ?
Qui es-tu pour vouloir me faire taire ?

Jamais plus on ne me harcèlera,
Je serais capable de sévir !
Jamais plus on ne m'écartèlera,
Je saurais surmonter, puis agir !

Protégé par CopyrightDepot.com

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 18:17
Vils vilipendeurs voraces !
Employeurs harceleurs,
Véreux, vilains, vivaces ;

Esclavagistes voleurs !

 

Je vomi sur vous mon dégoût,
Vous m'avez pris mon moi !
Mon venin est plus fort que vous,
Votre verve venimeuse ne fera pas loi !

Vous vouliez me virer,
Parce qu'un cancer passait par là,
votre verbale vélocitée,
A été vaine et m'a laissé sans émoi.


Dirigeants persécuteurs,
Véruqueux personnages,
Vous avez fait une erreur,
Celle de ne pas voir mon courage !


Ce que j'ai vécu et vu toute vibrante
Jamais vous ne pourriez le supporter !
Je suis plus forte et plus vivante,
Mon voeu s'exaucera, vous sauterez !


Je suis révoltée, pas victimisée !
Pas de pitié pour tous ces vaniteux,
Je suis à présent vivifiée,
Moi aussi je peux donner dans le vicieux !

Protégé par CopyrightDepot.com

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 22:37

Connaissez-vous le cancer le plus répandu ?
Celui que l'on ne guérira jamais,
Celui qui restera le plus méconnu,
Mais qui à coup sur se transmet ?

La médecine ne peut rien contre ses ravages,
Le porteur est un coupe-jarret,
Qui tous les jours le propage,
Comme un feu de forêt.

Le problème c'est qu'il n'anéantit pas !
 Son porteur qui pourrait le guérir !
Mais comme il ne le sait pas,
Ce sont les autres qui peuvent en pâtir.

Ce cancer est le seul à être contagieux,
C'est une vraie épidémie,
L'être atteint se trouve prodigieux.
Non, non ; Ce n'est pas la leucémie !


Ce cancer donne mauvaise haleine,
Il atteint les gens haineux et pernicieux.
Il se nomme : BÊTISE HUMAINE !
Il est très invasif et insidieux !

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poèmes d'une rebelle dans l'âme
  • : Rebelle avec un coeur et une âme qui crient ses mots, pour conjurer ses maux ! De la réalité à la révolte, de la mélancolie au romantisme en passant par la tristesse, tout un poème que ma Poésie ! Copyright © 00043614.
  • Contact
">

Catégories