Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 12:07
piano-et-portee.jpg

 

Toi le prisonnier de ta vie

fuyant ta  prison sans flamme,

Sans étincelle ni envie !

Prison pour fidèles sans âme.

 

Toi le prisonnier de SA vie,

Taisant tes rythmes magiques,

Tuant tout ce qui te ravit,

Sons: jazz, rock, et pop music.

 

Toi le captif par alliance,

Que l'on a rendu apathique,

Euthanasiant tes cadences,

Tes portées en mosaïques.

 

Toi le captif des exigences,

Imposées comme une sentence,

Vécues tout en pénitence,

Rendant sourde ton existence !

 

Toi le bagnard de tes gammes

Muettes de sonorités,

Traduites comme du vacarme,

Du bruit fort en tonalité.

 

Toi le bagnard de ton amour,

Qui te rêvait plutôt banquier,

Estompant le coeur troubadour,

De tes accords déverrouillés.

 

Toi le prisonnier de SA vie,

Le prisonnier en si-bémol !

Un prisonnier tout en survie,

  Perdu dans SA farandole.

 

Toi prisonnier sous influence,

Enfermé dans tes silences,

Emplis de notes qui dansent,

Et de soupirs pleins d'absences.

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 10:02

Mes larmes effacent mes écrits
Elles passent comme une gomme
Qui éliminerait mes phrases
Mes pleurs sont un ultimatum
Qui ne veut pas que mes mots crient.

 

Alors je recommence mes vers
Ne voulant pas céder en somme
A cette vague triste et perverse
Qui voudrait n'être qu'un post-scriptum
Sur ma lettre messagère.

 

J'écris pour ôter l'écharde
Celle qui est profonde et lance
A tel point que ma tête éclate
Mes mots sont ma délivrance
Les maux fous d'une motarde.

 

J'aligne tout sur mon carnet
Afin de pouvoir expurger
Ce qui me fait douter, pleurer
Et ceux qui m'ont conditionné
Pour enfin tourner le feuillet.

 

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 10:00

livre.jpg

Lettres, mots, phrases.

 

Des lettres composent des mots,
Elles ont des règles et sont très capricieuses.
Des lettres ; Ecrits non verbaux !
Qui créent des mots aux phrases inharmonieuses.


Tout ces mots indisciplinés,
Qui ne se laissent pas coucher sur le papier.
Tout ces mots vraiment indomptés,
Que mon crayon ne peut retenir ni lier.

Tout ces mots qui voudraient crier,
Mais qui ne trouvent pas le vocabulaire.
Tout ces mots qui sont sacrifiés,
Par manquement d'une leçon de grammaire.

Ces mots, composant des phrases,
Qui elles même cherchent un joli thème
Faisant penser à Pégase,
Sous forme d'histoires ou de beaux poèmes.

Des lettres formant des mots,
Des mots composant des phrases,
Des phrases exprimant des propos,
Des propos voulant donner l'extase.

 

   Protégé par CopyrightDepot.com    

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Thèmes divers
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 09:57

Dans ses vapeurs d'alcool,
Elle a cru devenir folle,
Voilà que rentrait l'égorgeur,
Avec ses poings rageurs.

 

Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Dans son ivrognerie,
Monsieur sa seigneurie,
Gueulait que c'était une porcherie
Et la chambre devenait écorcherie !


Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Dans ses relents d'alcool,
Avec ses mots au vitriol
Elle a supporté le violeur,
Elle a connu la douleur !

 

Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Elle qui fût petit colibri,
Elle sautillant comme un cabri,
Heureuse d'être avec ce mari,
N'imaginant pas cette barbarie !


Il a tiré un soir,
Et tout est devenu noir !

Protégé par CopyrightDepot.com
Les violences conjugales ont augmentées de + de 30% en 4 ans
Une femme sur trois en France, meurt sous les coups de son conjoint !
TOUS LES JOURS

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 09:55


Je suis bulle d'air ,

Emprisonnée dans du verre.

Je suis des mots,

Prisonniers in-vivo.

Je suis galet, fouetté par la mer,

Puis craché sur la terre.

 

Je suis pensées parasitaires,

Idées que l'on enterre.

Je suis des propos,

Au fond d'un caveau.

Je suis dires non verbaux,

Qui se veulent placebo.

Je suis signataire,

De ces écrits qui me libèrent.

 

je suis flammes involontaires,

Eléments sursitaires.

Je suis mots en lambeaux,

Prêts pour le tombeau.

Je suis femme solitaire,

Qui n'a plus de repères.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 09:50

guillotine3.jpg

Ce que l'on vous a mis dans la tête,
Par un seul mot bien cinglant,
Mille mots contraires et touchants,
Ne pourront effacer le seul mot bête.

 

Un seul mot infâme, provocateur !
Mais qui vous a détruite,
Ouverte comme une huître,
Un seul mot ; Un couteau destructeur.

 

Tout ce qu'alors vous aviez reconstruit,
Tombe d'un seul coup de faux !
Coupe, comme sur l'échafaud !
Et vous êtes là, regardant les débris !

 

De votre travail,  il ne reste rien,
Et votre propre estime
Perdue dans les abîmes

De vos pensées, restées nues, sans gardien.

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 09:47

claire2claireman-ge.jpg
 
CLAIRE, SOMBRE !

 

 

A toi qui te désagrèges

Mais joues avec les mensonges

Comme on fait quelques arpèges

En oubliant le solfège.

C'est pourtant ce qui te ronge,

Ces fausses notes du chorège !

 

 

La journée, sombre Claire

La nuit, Claire sombre !

 

 

 

 

 

A toi qui me mets en charpie

Ne suivant pas la partition,

Où cet adagio y décrit

Toute l'histoire de nos vies.

Ne sachant tenir ton violon,

Restant ancrée dans ton déni !

 

La nuit, Claire sombre !

La journée, sombre Claire

 

A toi qui songes que j'use les mots,

Puis les jette comme un kleenex,

Tu démolis en crescendo

Celle qui a écrit ce morceau

Pensant que son coeur est Pyrex.

Moi je le joue moderato !

 

La journée, sombre Claire

La nuit, Claire sombre !

 

A toi qui culpabilises

Pour toutes ces fausses notes,

La musique cicatrise

Si personne ne la déguise.

Dans le faux tu te menottes,

Et seule tu te martyrises !

 

La nuit, Claire sombre !

La journée, sombre Claire

 

A toi qui tiens mal ton archet.

A moi que les mensonges violent.

Toi qui oublies les beaux couplets,

Dans ta gamme tu contrefais

Abusant du "Ut" vitriol

Et tes écrits deviennent pamphlet !

 

* Ut : Ut queant laxis,

première note de la gamme ordinaire sans accidents.

 CopyrightDepot.com



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  CopyrightDepot.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 02:52
Souffrir à cause d'une offense,
De celle qui vous ôte vraiment tout !
Et d'épreuves en épreuves
Vous voilà, n'être rien du tout ;
Malgré ce que les autres pensent.
 
Une valeur est impalpable,
Cachée à côté de votre âme,
Et l'une ne va pas sans l'autre
Elle sont jumelles, c'est un sézame !
Si l'une est touchée, l'autre est friable.

 
Alors ce que les autres voient,
Passe inaperçu à vos yeux !
On ne peut voir ce qui n'est plus,
Un ensemble intègre et heureux.
On devient aveugle de son moi !

In fine, vous voilà perdue,
Achevée par un révolver,
Dont les balles pleines de mots
Ont tué, tout votre univers
Voilà votre vie,... suspendue !

Une offense entraînant une sentence,
Votre valeur s'est envolée.
Vous ne savez plus qui vous êtes !
L'âme esseulée va pleurer,
Invisible est la souffrance !
Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Douleurs
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 02:49

Quand il m'écrit !

 

Quand il m'écrit de jolis mots
J'ai l'impression d'exister,
D'être quelqu'un de bien.
J'ai l'impression d'être acquittée,
Des dires de ces anormaux.


Quand il dessine les phrases,
J'ai l'impression d'une peinture
Faite seulement pour moi,
Je deviens sa sculpture,
Une pierre qui s'embrase.


Une pierre peut-être dure
Mais pas forcément froide,
Je suis les deux à la fois.
Je voudrais être sa naïade,
Sans aucune procédure.


Quand il aligne les rimes,
Je les imprime pour les relire.
Je deviens un être unique ;
Mais mon rêve vient de finir,
Et ce réveil m'opprime.

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Romantiques
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 00:25

 

Phtanite gros plan

 

Le Révélateur

 

Dans ma vie aux couleurs de quartz lydien,

Avec mes jours ensoleillés de jaspe noir,

Cloîtrée dans ce couloir de la mort sans gardien,

Fin programmée, rythmée au son du Laminoir.

 

Prisonnière de ce macabre tourbillon,

Gravant sur les murs sombres de ma mémoire, 

Tous les mots lapidaires transformés en baillon.

Des mots patiemment inscrits dans mon grimoire.

 

Barricadée dans mes délires de tristesse

Et aspirée dans l'entonnoir de mes idées,

Je sombrais pleinement ivre de détresse,

Usée d'être vilipendée et tailladée.

 

Enrolée de force dans l'armée des ombres,

Un dernier sursaut de volonté refleurit

Laissant passer la lueur dans ma pénombre.

La clarté, clef de la porte de mon esprit.

 

Eclair lumineux, un grand blanc sur ma bande son.

Eclats aveuglants, reflets de Calcédoine.

Rayons éclatants du soleil sur le zircon,

Nuances de jaspe sanguin et de pivoine.

 

Un flash ! Un sens à ma vie ! Un révélateur !

Celui qui transforme une image irréelle,

Inexistante, en arc-en-ciel de couleurs !

Résultat magique réveillant l'étincelle !

 

Terminé les couleurs de quartz lydien !

Adieu obscure destinée en jaspe noir,

Libre dans le couloir de la vie avec gardien

Renaissance rythmée en écho à l'espoir.

 

Protégé par CopyrightDepot.com

jaspe 300x422jaspe

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lili-la-Rebelle - dans Mélancoliques
commenter cet article

Présentation

  • : Poèmes d'une rebelle dans l'âme
  • Poèmes d'une rebelle dans l'âme
  • : Rebelle avec un coeur et une âme qui crient ses mots, pour conjurer ses maux ! De la réalité à la révolte, de la mélancolie au romantisme en passant par la tristesse, tout un poème que ma Poésie ! Copyright © 00043614.
  • Contact