Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2022 2 10 /05 /mai /2022 20:45

guillotine3.jpg

Ce que l'on vous a mis dans la tête,
Par un seul mot bien cinglant,
Mille mots contraires et touchants,
Ne pourront effacer le seul mot bête.

 

Un seul mot infâme, provocateur !
Mais qui vous a détruite,
Ouverte comme une huître,
Un seul mot ; Un couteau destructeur.

 

Tout ce qu'alors vous aviez reconstruit,
Tombe d'un seul coup de faux !
Coupe, comme sur l'échafaud !
Et vous êtes là, regardant les débris !

 

De votre travail,  il ne reste rien,
Et votre propre estime
Perdue dans les abîmes

De vos pensées, restées nues, sans gardien.

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 22:18

MOTS TUEURS

 

Les mots peuvent réconforter
Les mots peuvent aimer
Les mots peuvent blesser
Les mots peuvent tuer !

Je suis née grâce à des mots
Je suis morte à cause des mots
Des mots qui génèrent mes maux,
Qui génèrent mes mots !

Les mots pensés et prononcés
Ont entravé ma liberté
Ont saigné mon intégrité
Ont ignoré ma probité
Ont bafoué mon intimité

Réfléchissez avant de parler
Les mots peuvent réconforter
Les mots peuvent aimer
Les mots peuvent blesser
Les mots peuvent tuer !


Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 00:10

 

Comme un coucher de soleil en noir et blanc,
Ma vie par des mots alignés au crayon,
Sur un carnet que partout je trimballe,
Comme un photographe en excursion
Son appareil, pour des clichés en gros plans.


Comme un coucher de soleil en blanc et noir,
Ma vie sans couleur pour le supplice de Tantale,
Des mots, rien que des mots, plus d'illusion.
Ma vie sans les couleurs d'une aurore boréale,
L'écriture, pour accompagner mes longs soirs.


Comme un coucher de soleil incolore,
Ma vie s'étiole telle une fleur d'or
A la chaleur trop élevée d'une fonderie.
Ma vie s'écoule, sans soutien ni support,
Comme dans l'infini meurt une météore !
 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 21:46

 

douleur.jpg

 

Tout en douleur...........

 

Tant de souffrances, seule face à ma maladie.

Tant de patience dans ma solitude, face à lui !

Des jours rythmés sur le tempo

Des médecins et des hôpitaux

Toute cette souffrance et tant d'incompréhension.

Toute cette patience et tant de consultations.

 

J'ai envie de hurler et je ne le peux pas !

J'ai envie de pleurer et je n'y arrive pas !

 

Toutes ces attentes avec ma solitude en bandoulière.

Toutes ces attentes dans des salles inhospitalières.

Des jours rythmés sur le tempo

Des médecins et des hôpitaux

Tant de mots non prononcés, mais de douleur subie.

Tant de maux supportés, mais tous incompris.

 

J'ai envie de hurler et je ne le peux pas !

J'ai envie de pleurer et je n'y arrive pas !

 

Tant d'heures et de mois jetés aux orties.

Tant de moi, et d'heures, jetés aux orties.

Des jours rythmés sur le tempo

Des médecins et des hôpitaux

Toute seule, à supporter le vrai de la réalité.

Toute seule, à savoir, à tout affronter.

 

J'ai envie de hurler et je ne le peux pas !

J'ai envie de pleurer et je n'y arrive pas !

 

Et je continue à faire semblant de rire.

Pendant que d'autres font semblant de souffrir.

Des jours rythmés sur le tempo

Des médecins et des hôpitaux

Et je continue mes nuits sans rêver ni dormir

Pendant que d'autres s'endorment dans un sourire.

 

J'ai laissé tant de mois de ma vie aux orties

J'ai laissé tant de moi, dans ma vie, aux orties !

 

Alors mes mots ne resteront que des mots !

Alors mes mots mourront comme des sots !

Tant de mois de ma vie, aux orties

Tant de moi, dans ma vie, aux orties

Et même si personne ne les a lus

Et même si mes larmes n'existent plus..........

 

Mes mots resteront des mots !

Même si mes larmes ne sont plus ! ©00043614

 

Avant ! ! J'avais des ailes, comme les oiseaux et les papillons,

j'allais ou je voulais quand je le voulais,

et là je suis prisonnière comme une meurtrière

  Protégé par CopyrightDepot.com

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 11:34

La différence peut flouer,
L'indifférence peut tuer !
Sans aucune arrogance,
Je défends Ma différence.


Les personnes différentes,
Sont loin d'être malfaisantes !
Pourquoi alors les éviter,
Pour leur aspect, ou leurs idées ?


Alors malgré les critiques,
Je resterai différente !
Je resterai authentique !


Remballez votre diagnostic !
Je resterai militante !
Et surtout pas générique !

Protégé par CopyrightDepot.com

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 09:24

Ci-gît un soldat de la vie

 

Des tombes dans un cimetière.

Des stèles où brillent des lettres d'or,

Couchées ou dressées, elles gardent les corps,

Honorant de façon altière,

Ceux qui furent, mais qui tout seuls sont morts.

Ils reposent sous leurs noms en lettres d'or.

Nous sommes tous de passage sur la terre !

 

Quelle belle cérémonie funéraire !

Tous pleurent, s'affichent et honorent

L'aïeul défunt, pour faire fuir les remords.

Puis ils ont refermé la bière.

 

Après avoir renvoyé les croque-morts,

Ils ont posé les plaques et décors.

Rapaces, allez au diable vauvert !

Lui, vivait seul au fond de ses terres,

Sa famille le surnommait le butor,

Mais jamais elle n'aurait pris les transports,

Pour aller voir le solitaire.

 

Mais quand elle a appris pour le trésor,

Elle s'est rendue auprès du senior,

Puis est passée chez le notaire.

 

CONCLUSION et ÉPITAPHE

Une simple tombelle, pas de pierre,

Aucune stèle ni de lettres d'or,

Pour moi qui ai lutté au corps à corps,

Pas d'hypocrisie ni de manière.

La passante est passée telle la météore !

C'est l'inscription voulue sur mon support.

Nous sommes tous de passage et poussière.

 

Voilà pour Lili la réactionnaire !

Qui aimait les boutons d'or.

Voilà pour Lili la révolutionnaire !

Qui aimait tromper la mort.

Voilà pour Lili la volontaire

Qui refuse son nom en lettres d'or.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 16:39

claire2claireman-ge.jpg

A toi qui te désagrèges

Mais joues avec les mensonges

Comme on fait quelques arpèges

En oubliant le solfège.

C'est pourtant ce qui te ronge,

Ces fausses notes du chorège !

La journée, sombre Claire

La nuit, Claire sombre !

 

A toi qui me mets en charpie

Ne suivant pas la partition,

Où cet adagio y décrit

Toute l'histoire de nos vies.

Ne sachant tenir ton violon,

Restant ancrée dans ton déni !

La nuit, Claire sombre !

La journée, sombre Claire

A toi qui songes que j'use les mots,

Puis les jette comme un kleenex,

Tu démolis en crescendo

Celle qui a écrit ce morceau

Pensant que son coeur est Pyrex.

Moi je le joue moderato !

 

La journée, sombre Claire

La nuit, Claire sombre !

 

A toi qui culpabilises

Pour toutes ces fausses notes,

La musique cicatrise

Si personne ne la déguise.

Dans le faux tu te menottes,

Et seule tu te martyrises !

 

La nuit, Claire sombre !

La journée, sombre Claire

 

A toi qui tiens mal ton archet.

A moi que les mensonges violent.

Toi qui oublies les beaux couplets,

Dans ta gamme tu contrefais

Abusant du "Ut" vitriol

Et tes écrits deviennent pamphlet !

* Ut : Ut queant laxis,

première note de la gamme ordinaire sans accidents.

 CopyrightDepot.com



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  CopyrightDepot.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 16:36

 

rtes-sinueuses.jpg

 

Avant que tu ne partes,

Enfile un collier de nuages

Fait de petites nébuleuses.

Avant qu'on nous écarte

Enfile un collier de virages,

Serpent de routes sinueuses.

 

Met de la distance

Dans la distance

qui danse

 

Avant que je ne parte,

Enfile des étoiles sur mes rêves,

Étoiles filantes dans mes longs soirs.

Avant que tu ne t'écartes,

Enfile toutes mes perles de fièvre,

L'une après l'autre sur du satin noir.

 

Met de la distance

Dans la distance

qui danse

 

Avant qu'on ne s'écarte,

Défile ce collier de mots sauvages

Construit de paroles menteuses.

Avant qu'on nous écarte,

Écris « fin » sur la dernière page

Du livre de la grande faucheuse.

 

Fin de la distance

Dans la distance

Qui jamais ne danse

 

Protégé par CopyrightDepot.com

avant que nuages

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 21:45

Dans ses vapeurs d'alcool,
Elle a cru devenir folle,
Voilà que rentrait l'égorgeur,
Avec ses poings rageurs.

 

Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Dans son ivrognerie,
Monsieur sa seigneurie,
Gueulait que c'était une porcherie
Et la chambre devenait écorcherie !


Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Dans ses relents d'alcool,
Avec ses mots au vitriol
Elle a supporté le violeur,
Elle a connu la douleur !

 

Il cognait le soir
Comme on claque un tiroir !


Elle qui fût petit colibri,
Elle sautillant comme un cabri,
Heureuse d'être avec ce mari,
N'imaginant pas cette barbarie !


Il a tiré un soir,
Et tout est devenu noir !

Protégé par CopyrightDepot.com
Les violences conjugales ont augmentées
de plus de 30%
Une femme sur trois en France, meurt sous les coups de son conjoint !
TOUS LES JOURS

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 20:35

rebelle-qui-pleure.jpg

Laissez-là pleurer,
Elle n'en peut plus !
Laissez-là penser
A son salut.

Une rebelle lasse,
Des jours durs,
Même sous la menace,
Elle reste sure.

Laissez-là rêver,
Elle a vaincu !
Laissez-là marcher
Vers son élu.

Elle a bataillé
Sans faire de trêve,
Elle est épuisée
Elle veut ses rêves.

Laissez-là aller,
C'est mérité
Laissez-là semer
Ses belles idées.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Poèmes d'une rebelle dans l'âme
  • : Rebelle avec un coeur et une âme qui crient ses mots, pour conjurer ses maux ! De la réalité à la révolte, de la mélancolie au romantisme en passant par la tristesse, tout un poème que ma Poésie ! Copyright © 00043614.
  • Contact
">

Catégories